Accueil-Divers

Dans la même rubrique

Lettre de L’ Association « Les Usagers de l’hôpital d’Aubenas

Association « Les Usagers de l’hôpital d’Aubenas

09 Novembre 2018
A Mme ou Mr Le Maire

Mesdames et messieurs les élus,

L’association « Les Usagers de l’Hôpital d’Aubenas » depuis 1998 défend l’hôpital public d’Aubenas un maillon essentiel dans le parcours de soin des patients.

Elle tient à vous alerter sur les conséquences dramatiques de la politique de santé poursuivie depuis des décennies qui met en cause un droit fondamental, à savoir l’accès pour tous et partout sur le territoire, à des soins de qualité.
Depuis des décennies en effet la politique suivie, loin de constituer une réponse aux besoins de santé de la population poursuit une orientation purement économique visant à la privatisation des secteurs rentables et à la réduction drastique des dépenses de santé publique, prises en charge par notre système solidaire de Sécurité Sociale. Les « restes à charge » sont de ce fait de plus en plus lourds et de moins en moins soutenables pour une grande partie de la population.
Nombreux sont ceux qui déjà renoncent ou diffèrent.

Le Plan Santé 2022, comme les réformes précédentes se veut rassurant, voire même idyllique. « Aucun hôpital ne fermera » selon la Ministre.
En fait de 3 à 500 hôpitaux, selon le Plan Santé 2022, vont perdre des services essentiels (chirurgie, maternités…) Il en est ainsi avec la maternité du Blanc qui vient de fermer, de Vierzon qui est en lutte, de Privas grandement menacé. Et il ne s’agit là que de quelques exemples. Il serait bien osé d’affirmer dans ce contexte qu’Aubenas n’a rien à craindre…

Ces hôpitaux amputés de services se transforment rapidement en accueil gériatrique, incapables de répondre correctement aux besoins de patients âgés éloignés des centres hospitaliers pour la pratique d’examens ou de soins basiques.
Pour ces personnes comme pour l’ensemble de la population, cela signifie une multiplication des transports en ambulance ou en en voiture particulière, un accroissement des frais pour les familles, des risques liés à ces déplacements… Et les gouvernements successifs affirment tous agir au nom de la proximité et de la sécurité. C’est l’objectif entre autres affichés pour la constitution des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT). A ce jour le pôle est Montélimar, il est prévu à terme que ce soit Valence !

La pénurie médicale et la désertification sont également souvent invoquées…Il est exact que les médecins sont très mal répartis sur l’ensemble du territoire et les « déserts médicaux se multiplient » dangereusement.
Les incitations financières le plus souvent portées par les collectivités territoriales avec des efforts louables ne sont pas la solution.

Quelle est en effet l’attractivité pour un médecin ou un spécialiste de rejoindre un hôpital à l’avenir incertain, pour un médecin libéral de s’installer dans une localité où les services publics disparaissent les uns après les autres où l’activité économique s’effondre et si de surcroît il n’a pas un service hospitalier public de proximité avec les services de base : maternité, chirurgie, médecine, imagerie médicale, sur lesquels s’appuyer en cas de besoin ? La télémédecine constitue sans doute une aide mais rien ne remplacera le contact humain.

Un parcours de soins, une coordination entre les différents professionnels, des structures publiques permettant le Tiers-payant et supprimant les dépassements d’honoraires c’est nécessaire sans aucun doute à condition de répondre aux exigences sanitaires des populations et non à des critères de rentabilité et d’exigences actionnariales.

Nous avons besoin d’un système de prise en charge public et solidaire basé sur les cotisations permettant de répondre à chacun selon ses besoins et à chacun selon ses moyens. C’est notre « Sécurité Sociale » qui a permis à notre pays dans une France ruinée par la guerre d’avoir en quelques décennies un système de soins enviés par beaucoup de pays et qui a permis de ‘allonger la durée de vie et de diminuer de façon conséquente la mortalité post et périnatale.

Le programme du Conseil National de la Résistance mérite sans aucun doute des aménagements liés en particulier aux évolutions et aux progrès dans les pratiques médicales et chirurgicales. Ses principes restent d’une grande modernité n’en déplaise à ses détracteurs.

Nous sommes certains que vous accorderez une attention particulière à notre courrier, nous souhaiterions qu’il soit porté à l’ensemble du Conseil Municipal et de la population. Nous avons besoin de vous tous, de votre soutien sous forme de délibération.
Nous avons besoin de vos aides financières poursuivre nos actions

Veuillez agréer, mesdames et messieurs nos remerciements et l’expression de nos salutations dévouées.

Pour l’association
Mr MAATOUK Joseph